retour à la page d'accueil !

     
   
retour à la page d'accueil !  

 

 

de source sûre ? ! ...

 

 

 
20-11-2006 : Les soldats français auraient pu tuer Oussama Ben Laden qu'ils tenaient "dans leur viseur", par deux fois en 2003 et 2004 en Afghanistan, mais aucun ordre n'est venu de leurs supérieurs américains supervisant les forces spéciales françaises, selon un documentaire de deux journalistes français.

 

Ce documentaire d'investigation, "Ben Laden, les ratés d'une traque", a été réalisé après un an d'enquête par Eric de Lavarène et Emmanuel Razavi, qui s'interrogent sur les raisons pour lesquelles, 5 ans après l'intervention de la coalition en Afghanistan, Ben Laden est toujours en fuite.

 


Les deux journalistes ont notamment recueilli les témoignages de quatre soldats français faisant partie des 200 composant les forces spéciales. Interrogés "à des moments différents et dans des endroits différents", tous ont ont donné la même version à leurs interlocuteurs. Pour eux, il y a eu hésitation de commandement: une décision ou un raté ? 

La voix racontant comment Ben Laden s'était retrouvé dans le viseur des soldats deux fois à six mois d'intervalle est modifiée.

"Nous avons les enregistrements des voix originales des soldats", a dit à l'AFP Emmanuel Razavi, "mais leur anonymat doit être garanti".

Interrogé, le ministère de la Défense n'avait pas souhaité réagir mercredi soir.

Ce documentaire a été coproduit par les sociétés Ligne de Front et Hamsa Press et devrait être notamment diffusé sur la chaîne Planète, à une date encore inconnue.

 

07-11-2006 : cetaines rédactions s'emballent : pour eux la candidature du "che" n'était pas prévue.

 

07-11-2006 : Jean-Pierre Chevènement se présente à l'élection présidentielle; c'est son droit. Un gagnant, sarkozy ? !  c'est pas sûr !

 

06-11-2006 : Certains politiques ont réussis, plus que jamais, à opposer la justice et la police. Pendant ce temps, les mêmes politiques vont déjeuner, dans les quartiers chics de paris, avec des journalistes à leurs bottes, en leur disant,que tout va bien et ça changera, une fois les pleins pouvoirs et sans Chirac.

 

03-11-2006 : La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, suggère pour la prochaine présidence des "conférences de cohésion" qui réuniraient majorité et opposition afin de fixer les orientations de la France sur des sujets comme défense, recherche, environnement ou banlieues. Mais où commence la gauche et où  finie la droite.Serait-ce pour se retrouver entres amis à l'assemblée nationale ou dans certains restaurants parisiens avec quelques journalistes du sérail à leurs bottes.

 

30-10-2006 : un candidat à l'élection présidentielle,  passe toutes ses communications par Skype pour que ces dernières ne soient pas interceptées par les renseignements généraux. Donc logiquement, ce candidat ce n'est pas Sarkozy. . Quoi-que ? ...

 

29-10-2006 : l'Opus dei aurait choisi son favori : leurs diverses sociétés écrans et associations sont prêts à financer le candidat qui soutiendra certaines valeurs ! Mais qui est leur candidat ? un nom circule dans le microcosme parisien. Mais le microcosme parisien est-il objectif ou manipulé ?

 

29-10-2006 : A la direction du PS, on se pose la question  si  certains nouveaux adhérents du parti socialiste, ne sont là , qu'en service commandé pour l' UMP et d'influer sur le vote. C'est à dire, ne pas voter Royal afin de favoriser Sarkozy, qui a plus de chance de l'emporter face à DSK ou Fabius d'après les sondages. Mais n'oublions pas qu'un important sondeur a refusé des sondages concernant Sarkozy, commandé par l'hebdomadaire Marianne. Pourquoi?... Certains sondeurs sont prêts à se mettre à genou pour Sarko. Quitte à trafiquer les sondages ?

Pourquoi est-ce toujours Véronique Sainte-Olive qui suit les déplacements de chirac depius plusieurs années, pour un service soit-disant public. devinez pourquoi; deviner c'est comprendre ?

27-10-2006 : Un proche de Sarkozy n'hésita pas à confier que si Sarko gagne la présidentielle:

Breton pourra retourner dans le privé.

Douste-Blazy se consacer à Toulouse.

Coppé écrire un deuxième livre cette fois çi consacré à la gueule de bois.

 

24-10-2006 :Le président de l'UMP s'est hissé sur la pointe des pieds pour une photo de groupe du sommet franco-allemand.

Décidément, la "petite" taille de Nicolas Sarkozy continue à défrayer la chronique. Après l'affaire du cliché avec Bush, celle de la photo au conseil des ministres franco-allemand. Est-ce le fruit du hasard? Nouvelobs.com a repéré sur le cliché réalisé par une agence jeudi 12 octobre, que le ministre de l'Intérieur se hissait sur la pointe des pieds.
En septembre dernier, Le Canard enchaîné s'était interrogé sur une image de Nicolas Sarkozy et de George W. Bush où, curieusement, les deux hommes semblent dotés de la même taille.

Le mètre 83 de Bush

La poignée de main entre le ministre de l'Intérieur et le président américain remontait au 12 septembre, à Washington. L'hebdomadaire satirique y avait noté "un détail troublant". "A y bien regarder, c'est fou ce qu'il est grand, ce Bush. Pour tout dire, il mesure 1,83m. (…) Mais le plus fou, c'est qu'il est grand aussi, Sarkozy." Et le journal de préciser que, si l'image ne permet pas de voir les pieds du ministre, elle le montre qui tient tête au président américain.
"Sarko a grandi", en concluait Le Canard enchaîné, qui se souvient que sur d'autres clichés, Nicolas Sarkozy ne dépassait pas l'acteur scientologue Tom Cruise, "qui plafonne à 1,68". "Le petit Nicolas aurait donc gagné près de 20 centimètres en deux ans, un vrai miracle!"
Selon la place Beauvau, le ministre mesure "1,70m"
. Au minimum ou maximum ?

 

 

20-10-2006 : Après la chanson, les blagues, les jeux vidéos et les publicités, voici un nouvelle déclinaison du coup de tête le plus célèbre de l'histoire du football: le défenseur italien Marco Materazzi s'apprête à sortir un ouvrage intitulé "Ce que j'ai vraiment dit à Zidane".

"Comme tu vas le comprendre, cher lecteur, je me suis amusé à développer le côté absurde de cette affaire", écrit Materazzi dans l'introduction de son ouvrage, publié par les éditions Mondadori, révèle dimanche la Gazzetta dello Sport sur son site internet (www.gazzetta.it).

Sur une centaine de pages, le joueur de l'Inter Milan a écrit 249 phrases plus ou moins absurdes, mais parmi lesquelles pourrait pourtant figurer celle qu'il a vraiment prononcé lors de la finale de la Coupe du monde, le 9 juillet à Berlin, et qui a amené le capitaine de l'équipe de France Zinédine Zidane a lui asséner un coup de tête dans la poitrine.

Exemples parmi les 249 propositions:

- "Hé ! Mais il est où exactement le sternum?"

- "Zinédine, qu'est-ce que tu fabriques? Vous n'avez pas encore perdu... et tu t'es déjà arraché les cheveux!"

- "Maintenant je te dis comment se termine (la série télévisée) Lost".

- "Simona Ventura (animatrice de la télévision italienne, ndlr) m'a demandé si tu voulais participer à la prochaine édition de +L'île des célébrités+ (émission de télé-réalité, ndlr)?"

- "Depuis que Foucault est mort, la philosophie française est lamentable".

Selon la Gazzetta, Materazzi versera l'intégralité de ses droits d'auteur à l'Unicef. La sortie de l'ouvrage - dont la couverture, forcément, est une photo du coup de tête - est prévue dans les prochains jours. Le livre devrait être vendu aux alentours de 10 euros.

 

 

18-10-2006 : Michèle Alliot-Marie souhaite un candidat unique pour la majorité lors de la prochaine présidentielle. Mais bien sûr, madame, pose ses conditions. C'est à dire, mon cher Nicolas, tu me prends comme premier ministre ou je reste à la défense. MAM, ne pense bien sûr qu'à sa petite personne. Une chôse est certaine, autant sarko ce sert des policiers, pour sa com; mam, se servira des militaires, pour son égo.

15-10-2006 : Dominique de Villepin "fait le choix de l'unité" mais n'exclut rien pour la présidentielle. Il a envisagé ouvertement dimanche la possibilité d'autres candidatures issues de l'UMP, autres que celles de Nicolas Sarkozy, en 2007, tout en donnant une sévère leçon de politique étrangère à son ministre d'Etat.

"Cette élection présidentielle, c'est d'abord la rencontre entre un homme, une femme et le peuple français", a souligné le chef du gouvernement lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. "L'UMP apportera son soutien, en particulier financier, à un candidat", "mais si d'autres avaient le sentiment de pouvoir jouer un rôle, de pouvoir s'engager, ce choix pourrait être le leur", a-t-il estimé. Il a cité en exemple Michèle Alliot-Marie, "une femme de grand talent". "Moi, je respecte la liberté des uns et des autres".

Dominique de Villepin a refusé de préciser s'il serait lui-même candidat, affirmant simplement qu'il "soutiendrai(t) celui ou celle qui dans notre famille politique sera le mieux placé pour défendre nos valeurs" et "pour gagner".

L'ancien ministre des Affaires étrangères n'en a pas moins multiplié les piques à son ministre d'Etat, et notamment en matière de diplomatie. "Parler des choses, c'est une chose. Vivre les choses et mener une politique, c'est une autre chose", et "l'épreuve des faits est une épreuve redoutable en politique", a-t-il lancé à un Nicolas Sarkozy qui critique durement la politique étrangère française dans un long entretien à paraître jeudi dans la revue "Le Meilleur des mondes".

Le président de l'UMP y critique notamment les relations personnelles nouées par Jacques Chirac avec les dirigeants chinois ou russe, dans lesquelles "on semble parfois prêt à échanger des principes contre la realpolitik".

"L'expérience dans ces domaines est irremplaçable", a rétorqué Dominique de Villepin. "Tant qu'on n'a pas connu ces situations, tant qu'on a pas exercé de fonctions dans ces domaines, il faut être attentif à bien réfléchir, bien observer".

"Que, dans le cadre d'une campagne électorale, on cherche à se positionner, à se distinguer, quoi de plus naturel", mais "je serais curieux de savoir comment on peut aller plus loin dans la dénonciation tout en gardant ce dialogue nécessaire pour faire avancer le dossier iranien (...) le dossier coréen" ou "le dossier énergétique", s'est demandé le Premier ministre. La diplomatie "exige beaucoup de savoir-faire, beaucoup d'exigence morale" et "c'est bien un domaine où je me garderais de donner des leçons"...

Le Premier ministre a notamment évoqué les relations de la France avec la Russie, au lendemain du meurtre de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, retrouvée abattue samedi dans un immeuble moscovite. "La Russie est un partenaire important et il est essentiel pour un pays comme la France ( ...) d'entretenir de bonnes relations avec la Russie".

Il faut donc "avoir un dialogue très franc", mais "nous ne devons pas nous mettre en position de nous exclure d'un dialogue". Car "nous avons vu trop souvent ceux qui voulaient donner des leçons de morale à tort et à travers s'exclure de cette relation et les pays se durcir", a souligné Dominique de Villepin. "Nous devons prendre en compte cette exigence qui est de faire avancer les choses".

Dominique de Villepin s'est aussi démarqué sensiblement de son ministre de l'Intérieur sur la question de la justice, en estimant qu'il "ne faut pas faire de procès d'intentions à la justice". Les juges "appliquent la loi que nous avons voté", a-t-il souligné en rendant un hommage appuyé à leur travail "formidable et difficile".

Par ailleurs, concernant la lutte contre l'insécurité, "des actions spectacle dans ce domaine ne sont pas souhaitables (...) Nous ne devons pas nous engager dans cette voie", a-t-il souhaité après la polémique sur l'intervention policière musclée aux Mureaux (Yvelines). Mais officiellement, il est sur ce sujet tout à fait en accord avec Nicolas Sarkozy: "Le ministre de l'Intérieur l'a clairement dit, ce n'est pas lui qui a informé les journalistes".

Nous avons décidé d'interdire le tabac dans les lieux publics" à compter "du 1er février 2007", a annoncé dimanche le Premier ministre Dominique de Villepin. Bars-tabac, restaurants et discothèques bénéficieront toutefois d'un sursis jusqu'au 1er janvier 2008.

"La situation est mûre dans notre pays", a-t-il estimé. Dès lors, cette interdiction s'appliquera dès l'an prochain dans les "écoles, les lycées, les collèges", -"y compris les cours de récréation"- "les administrations, les entreprises, les magasins", a-t-il détaillé lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.

En revanche, les bars-tabacs, restaurants et discothèques disposeront d'un "délai maximal" supplémentaire "d'adaptation" courant jusqu'au 1er janvier 2008. "Il s'agit d'un délai nécessaire pour les aménagements", a expliqué le chef du gouvernement.

"Nous allons faire le décret dans les prochains jours", c'est-à-dire en novembre, a-t-il ajouté, en précisant qu'il faut "juridiquement un délai de trois mois" pour qu'il s'applique. M. De Villepin a justifié le recours au décret plutôt qu'à la loi par la nécessité "d'aller vite".

Le décret laissera la possibilité de mettre en place des "fumoirs strictement réglementés", c'est-à-dire des "pièces fermées, hermétiquement closes, avec des extracteurs de fumées où le personnel n'aura pas la possibilité d'entrer". Ainsi, "on ne pourra pas (y) servir de consommations", afin de protéger les salariés.

"Les sanctions seront des amendes forfaitaires de 75 euros pour le contrevenant" et le double pour les responsables d'établissements, a déclaré Dominique de Villepin. "Et nous aurons un corps de contrôle important qui sera mobilisé".

Dans les entreprises, "l'entrepreneur pourra avoir cet espace fumeur fermé s'il respecte les nouvelles normes que nous allons mettre en place dans le décret qui sera publié avant la fin du mois de novembre", a expliqué le ministre de la Santé Xavier Bertrand lors du Journal de 20h de France-2. "C'est à dire qu'il faudra des critères très précis pour l'extraction de la fumée".

En revanche "dans les hôpitaux, comme dans les écoles, les collèges, les lycées, il n'y aura pas ce type d'espace", a souligné Xavier Bertrand, qui a assuré qu'il n'y aurait "aucun flou dans le décret".

La consommation de tabac fait 60.000 morts par an en France et le tabagisme passif tue en plus 5.000 Français chaque année. "Cela fait plus de 13 morts par jour" et "c'est une réalité inacceptable", a plaidé Dominique de Villepin, qui attend de cette mesure "très rapidement une amélioration de la santé publique". L'impact en sera d'ailleurs mesuré "chaque mois" via la mise en place d'un "baromètre".

Pour inciter les fumeurs à arrêter de fumer, l'Assurance-maladie prendra aussi en charge "un tiers du coût des traitements".

"Nous allons permettre de doubler le nombre de personnes qui ont recours à des patchs, à des gommes ou à des médicaments pour arrêter de fumer: nous allons passer de 600.000 à 1,2 million de personnes", a précisé Xavier Bertrand sur France-2.

"Nous allons aussi doubler les consultations de tabacologie" et "aider davantage les associations" anti-tabac, a promis le ministre de la Santé. "C'est un engagement de près de 100 millions d'euros par an que nous voulons faire, de façon à pouvoir accompagner les fumeurs et profiter encore une fois de ce déclic provoqué par cette décision pour gagner cette victoire contre le tabac", a-t-il insisté.

Si l'octroi d'un délai d'un an pour les professionnels a été salué dimanche par l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), l'organisation a toutefois dit rester "perplexe quant à l'efficacité de cette interdiction sur la santé publique". Pour elle, "c'est encore une fois le secteur des cafés, restaurants, discothèques qui est le bouc émissaire de tous les maux de la société"

 

 

Le parti xénophobe Vlaams Belang ne paraissait pas pour autant, dimanche soir, en mesure de gagner une mairie. Le PS fait, lui, de bons scores en Wallonie.

L 'extrême droite semblait en nette progression en Flandre lors des élections municipales dimanche 8 ocotbre en Belgique, mais ne paraissait pas en mesure de décrocher une mairie, contrairement à ses espoirs, selon les premiers résultats de quelques petites communes.
En revanche, le parti du Premier ministre Guy Verhofstadt, les libéraux-démocrates flamands (VLD) semblait en forte baisse, très loin derrière les chrétiens-démocrates du CDV.
Le Premier ministre, qui dirige une coalition avec les socialistes, a été accusé pendant la campagne électorale en Flandre de faiblesse face à ses partenaires francophones, notamment dans le domaine de la sécurité.

Des hausses sensibles

Alors que les résultats des grandes villes étaient toujours attendus, dans les petites communes, le parti nationaliste flamand xénophobe Vlaams Belang ("l'Intérêt flamand") enregistrait une hausse sensible par rapport aux municipales de 2000, de 6 à 8% en moyenne, mais assez faible par rapport aux régionales de 2004.


A Schoten, une banlieue cossue d'Anvers où une ancienne Miss Flandre, Marie-Rose Morel, conduisait la liste, l'extrême droite arrive en tête avec 34,7% des voix, soit dix points de plus qu'en 2000, mais elle escomptait y dépasser les 40%.
Le Vlaams Belang a indiqué qu'il espérait intégrer la majorité locale, mais il n'est pas en mesure de l'exiger. Une rencontre est prévue lundi avec le bougmestre (maire) de Schoten, le chrétien-démocrate Harrie Hendrix.

Le "cordon sanitaire"

La question en Flandre est de savoir si le "cordon sanitaire" établi par les autres partis contre l'extrême droite dans ces petites communes peut céder et permettre aux élus du Vlaams Belang de se retrouver pour la première fois dans une coalition aux commandes.
Les résultats du Vlaams Belang sont surtout attendus dans son bastion historique d'Anvers, où l'extrême droite avait déjà séduit 33% des électeurs aux municipales d'octobre 2000.
En Wallonie (sud), le parti socialiste enregistrait de premiers résultats contrasté, renforçant même certaines de ses majorités absolues. Le PS semblait en tout cas éviter la chute que certains lui prédisaient après les affaires qui l'ont touché, notamment dans son fief de Charleroi.
 

 

 

Clearstream: pas de convocation pour Villepin

Dominique de Villepin affirme qu'il n'a encore reçu aucune convocation de la justice dans le cadre de l'affaire Clearstream, avant d'ajouter à l'adresse des journalistes: «Je vous tiendrai informés».

 

Il est très important que les autorités russes puissent faire la lumière" sur l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa, très engagée contre la guerre en Tchétchénie, a déclaré dimanche Dominique de Villepin.

Le Premier ministre a fait part dans l'émission Le Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro de sa "très profonde émotion" après l'assassinat "d'une femme remarquable, une grande journaliste".

 

"La politique est trop importante, pour la laisser aux politiques !" De qui cette phrase ?  

Pour la quatrième fois en cinq ans, l'enquête sur les frégates de Taïwan est à nouveau bloquée par le secret défense, invoqué par le ministre des Finances Thierry Breton pour refuser la déclassification de documents des douanes essentiels aux juges d'instruction. Des hommes et partis politiques français seraient bénéficiaires de commissions. Ceci explique cela.

Le journaliste Hervé Gattegno affirme, dans un livre à paraître mercredi 4 octobre, que Dominique de Villepin a détruit à l'automne 2004, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, un rapport de la DST accusant Jean-Louis Gergorin d'être l'auteur de la manipulation dans l'affaire Clearstream.

François Fillon a reçu des centaines de mails de soutien après sa proposition, en plein débat parlementaire sur la fusion GDF-Suez, de réformer les régimes spéciaux de retraite.  Mais beaucoup de ces messages réclamaient aussi une réforme du régime de retraite des parlementaires. Ces derniers peuvent en effet cotiser double : une année de cotisation correspond ainsi à deux annuités.

Beaucoup de personnes se sont posées la question, et à juste titre, pourquoi Sarkozy sur la photo avec Bush, en septembre 2006, était aussi grand. Certaines personnes qui font parties du pool communication de Sarkozy nouent depuis des années, d'étroites relations avec la presse américaine qui glorifie Bush. Ceci explique cela; avec l'aide de Photoshop ou d'un tabouret.

Ségolène Royal, explique en privé, que si elle n'est pas candidate, le Pen, sera présent au second tour; Il faut bien culpabiliser ses concurrents.

Béatrice Schonberg à piqué une colère, quand elle a appris, la pétition en sa faveur de certains députés UMP. Elle craint que cela ne se retourne dans l'opinion contre elle.


 

 


chercher vos infos dans tout le site :

 

 

profession de foi Fabius

profession de foi Royal

profession de foi Strauss-Khan

presse du 1 au  5 octobre 2006

presse du 6 au 10 octobre 2006

presse du 11 au 18 octobre 2006

presse du 19 au 24 octobre 2006

presse du 25 au 31 octobre 2006

Sarkozy

le Pen

Bayrou

de Villiers 

Voynet 

rumeurs et humeurs le pen

actualité des médias

référencement

petites annonces pour particuliers